Sélectionner une page

Le coût d’une installation solaire dépend de plusieurs paramètres qui conditionnent le type de matériel proposé. En effet, le nombre de capteurs et la taille du ballon varient en fonction de la situation géographique de la maison, de son orientation, du nombre d’occupants et de leur mode de vie.

Concernant la situation géographique, plus la région est ensoleillée, moins il faut de surface de capteurs et vice et versa. Il en est de même pour l’orientation de la maison, si les capteurs sont orientés au sud-est ou sud-ouest, il faudra plus de surface qu’une orientation plein sud.

Concernant le nombre d’occupants, plus ils sont nombreux, plus le ballon sera volumineux. Quant à leur mode de vie, il interfère aussi sur le matériel : les amateurs de bains consomment plus d’eau chaude que ceux qui préférent les douches. Enfin, l’installation sera différente si la maison est une résidence secondaire ou principale et selon que de nombreux amis y sont reçus ou pas.

Prenons l’exemple d’un couple avec deux enfants vivant dans notre Région, la Bretagne, et plus précisément, dans le Morbihan, avec une consommation d’eau chaude raisonnable. Supposons que les capteurs puissent être orientés plein sud et que la conception de la maison ne pose pas de problème technique particulier. Il faut prévoir deux capteurs repésentant à peu près 4,5 m2 à eux deux et un ballon solaire d’un contenance de 300 l.

Matériel + Main d’œuvre + TVA à 5,5% = 6300,00€ La Région Bretagne depuis début avril propose une aide pour les énergies renouvelables uniquement aux foyers non imposables. Le Département du Morbihan offre 460 € de prime pour l’installaiton d’un chauffe-eau solaire. L’Etat quelque soit les revenus du foyer offre un crédit d’impôt de 50% sur le matériel. Après calculs, en tenant compte du coût de la main d’œuvre par rapport au matériel, l’installation décrite dans notre exemple reviendra à un peu plus de 4000 €.

Cette famille produira 60% de son eau chaude sanitaire gratuitement, elle réduira ses rejets de CO2 d’une tonne par an, elle ne dépendera plus des énergies fossiles et elle valorisera son habitat.

euro3.jpg